Le Fondateur

Impression conviviale Envoyer à un ami modifier la taille du texte

Evangelos Averoff-Tossizza est né en 1908 à Trikala (Thessalie), où il a passé les dix premières années de sa vie. Issu d’une vieille famille historique, petit-neveu du bienfaiteur de la nation Georges Averoff, il a grandi dans la tradition toujours vivante de bienfaisance et dans le souvenir de ses origines campagnardes, ne perdant jamais ses liens étroits avec la terre, la nature et l’idée de la Grèce. Homme d’esprit et d’action, écrivain et homme politique, amateur d’art et visionnaire, il a été une figure importante de la vie publique de la Grèce moderne.

Avocat et économiste de profession, il s’occupa très tôt des affaires publiques et joua pendant presque un demi-siècle un rôle de premier plan dans la vie politique de sa région. Au cours des premières années de sa carrière, il servit sa patrie comme préfet, député, secrétaire d’État et ministre de l’équipement, de l’économie et de l’agriculture. Entre 1956 et 1963, il fut ministre des affaires étrangères, représentant son pays dans les questions nationales cruciales de cette période. Dans les années 1967-1973, il lutta par des moyens légaux et illégaux contre la dictature militaire, activités qui lui valurent d’être emprisonné. Après la chute de la dictature, il fut nommé à la tête d’un ministère sensible, celui de la défense nationale (1974-1981), et mena à bien en quelques années la tâche difficile de réorganiser et purger les forces armées. Puis il fut nommé vice-président du gouvernement, chef de l’opposition, et en 1984, président honoraire du parti de la Nouvelle Démocratie.

Personnage aux multiples facettes, doté de nombreux talents et animé d’intérêts variés, Averoff a aussi laissé une œuvre littéraire abondante et développé une action sociale très large. Il a écrit des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre, des essais et des analyses historiques. Ses ouvrages ont été traduits en plusieurs langues et ont fait l’objet d’une reconnaissance et de récompenses internationales, comme la Médaille d’or de l’Académie française (1974), le Prix littéraire de l’Acropole (1978), etc.

Les liens qui l’unissaient à la nature, à la terre et à ses lieux d’origine, Metsovo, étaient particuliers. C’est sur son initiative que furent créées et se développèrent de nombreuses activités d’utilité publique, économiques et sociales, qui aidèrent au développement de Metsovo et de la région. Âme et force motrice de la Fondation du Baron Michel Tossizza, il ambitionnait la construction d’une centaine d’écoles au moins dans le département de Ioannina et la création d’un foyer universitaire à Athènes, destiné à héberger gratuitement les étudiants venus d’Épire. Il a également fondé à Metsovo un musée d’Art populaire, une unité fromagère modèle, une usine à bois, un centre de sports d’hiver, un atelier d’art populaire, et a encouragé les activités de toute sorte qui avaient vocation à conserver la tradition populaire et favoriser la prospérité économique de la communauté. Créateur du fameux vin Katoï, il a imaginé de replanter de vignobles les versants les plus escarpés du Pinde et a été le premier à planter en Grèce les cépages français cabernet sauvignon.

Vers la fin de sa vie, il a créé la Fondation d’utilité publique Evangelos Averoff-Tossizza, à laquelle il a fait don de sa très belle collection d’environ 200 œuvres d’artistes grecs des XIXe et XXe siècles. Avec ces œuvres, rassemblées depuis longtemps dans l’intention de créer la Pinacothèque, il a aussi transféré à la Fondation l’immeuble à deux étages de la Pinacothèque, construit dans le style traditionnel de la région spécialement pour abriter sa collection. Il a lui-même inauguré la Pinacothèque le 27 août 1988.

Il est mort à Athènes le 2 janvier 1990.

Recherche

Recherche Site
Recherche de Collection
X close